Les chroniques de Christian Lagauche
« Qui sait boire sait aimer
Et qui sait aimer sait boire ...»

  • Grand reporter à France télévision France télévision

Membre de la PRESSE SPÉCIALISÉE
La cuvée Obama
 
 
Voici le portrait d’une vigneronne atypique
Angela Bousquet-Keïta du Domaine Saint-Antoine (Aude ).
 
 




Angela Bousquet-Keïta, vigneronne atypique
Angela Bousquet-Keïta cueille le raisin de
sa vigne à Rieux-Minervois
   
A l’exemple de Mary Seacole qui dès le XIXe siècle quittait la Jamaïque pour vendre à Londres ses cargaisons d’épices et de fruits exotiques, Angela Bousquet-Keïta a réussi en quelques années à s’imposer dans un milieu d’hommes, celui des vignerons et à faire reconnaître son nom et les qualités de ses productions. Un nom bâti sur l’effort, la ténacité, la volonté et le culot. Atavisme et travail aidant, le cœur d’Angéla n’est pas de pacotille, c’est celui d’une femme des temps modernes dont l’ambition est la réussite.

Dans sa vie de tous les jours, elle-mêle passion, business et courage. Car du courage il en faut ... il faut tenir bon lorsque les jours d’humeur chagrine vous font douter dans un milieu en plein marasme. Héroïne haute en couleur qui n’aime tant se battre que pour imposer ses vins. A 42 ans Angela, femme et africaine s’est imposée dans un milieu presque exclusivement masculin. Rien ne semble résister à son énergie débordante. Pourtant de prime abord, Angela Bousquet-Keïta a la raideur des belles femmes qui réfléchissent trop.

Jusqu’en 1997 pour Angela les choses étaient plutôt simples, une vie de famille partagée entre son mari Gilles et deux filles Laura et Lisa. Rien ne la destinait à prendre en charge une propriété.

Arrivée en France à l’âge de 7ans de sa Guinée natale, elle fut élevée à St-Brieuc chez les sœurs en Bretagne. C’est là que la petite africaine fait une première découverte.



Alors que toutes les élèves se préparent à faire leur Confirmation, elle apprend qu’elle ne sera pas de la fête : elle est musulmane. Après cet épisode identitaire, rien de particulier, une adolescente, plusieurs activités professionnelles, un mariage. Une vie banale en somme. Trop banale sans doute.

L’aventure du vin commence il y à 13 ans. En 1997, elle décide avec son mari, un cathare originaire de l’Aude, d’acheter le Domaine Saint-Antoine. Ce domaine est une propriété de 37 hectares dont 17 de vignes à Rieux-Minervois. Un petit village entre Narbonne et Carcassonne sur la route de St-Jacques de Compostelle au nord des Corbières, un village dont la curiosité touristique est une église heptagonale du XIIe siècle aujourd’hui classée monument historique. Le patrimoine du vignoble du Minervois est intéressant, les premières vignes furent implantées par les légions romaines.

A cette époque les vins de la région connaissaient un certain attrait. On dit que Cicéron et Pline comptaient parmi les amateurs de minervois. Les premières années furent très dures pour Angela, mais aujourd’hui pour rien au monde elle s’en irait. Il y a aussi les bons côtés. L’envie de défendre son métier et le temps lui ont donné raison. Avec ses longues jambes perchées sur des hauts talons qui lui donnent une démarche de gazelle, un cellulaire dans une main, le domaine repose essentiellement sur ses épaules, son mari Gilles exerce une autre activité. Seul un œnologue professionnel vient l’aider pour l’assemblage des différents cépages. Production annuelle 45. 000 bouteilles – rouge et rosé pour le moment.

La petite africaine déracinée n’a pas oublié ses origines. En 2006, elle a obtenu l’autorisation de la préfecture de l’Aude pour les vendanges de recruter une demi-douzaine de réfugiés du Darfour. Elle a renouvelé l’expérience en 2007. Cette main d’œuvre occasionnelle a donc œuvré à une cuvée en l’honneur de l’élection du Président Américain. Une cuvée spéciale limitée, un coffret de trois bouteilles pour marquer l’élection du premier noir comme 44e président des Etats-Unis le 20 janvier 2009.
Un assemblage des cépages merlot, carignan et grenache.
     
Un vin d’honneur pour le Président
   
 
La cuvée en l’honneur du Président Obama, une initiative d’Angela Bousquet-Keïta, vigneronne d’origine guinéenne, porte le nom « Le coffret du Vin du 20 »

Le Merlot du Domaine Saint-Antoine
obtient la note de 15/20.

Aujourd’hui sa silhouette de « top-model » qui se découpe sur fond des monts enneigés des Pyrénées et son intelligence de « super-woman » font d’elle une battante qui aime l’action. Africaine dans le verbe et dans les gestes, Angela possède comme ses consoeurs sud-africaines l’énergie solaire du continent.

« Dans le milieu du vin , en plus d’être une femme, je suis noire, une sorte d’Ovni. Sur l’ensemble de la planète Terre, nous sommes peu nombreuses à faire autorité » dit-elle avec un humour certain non dissimulé. Sérieuse, convaincue, passionnée, confiante, icône d’une nouvelle génération de vigneronnes et malgré les embûches, elle est arrivée là où personne ne l’attendait. A force de travail, de patience et de passion, le Domaine Saint-Antoine a trouvé ses lettres de noblesse. C’est un vin métissé, assemblage de merlot, de carignan et de grenache, un vin élégant. Sur l’étiquette, est inscrit en larges lettres « Investiture 20 janvier 2009 » et « Le vin du 20 ». Cette cuvée « Le coffret du Vin du 20 » est souple et ronde en bouche, avec des tanins soyeux.

Un rouge de garde. Ses bouteilles se retrouvent aujourd’hui sur nombre de tables célèbres, comme le Fouquet’s.

L’élection de Barack Obama fut pour Angela Bousquet-Keïta propriétaire vigneronne en France un moment d’extase. Pour cette cuvée appelé « Le coffret du Vin du 20 » 8 300, ont été mis sur le marché. Le numéro un a été envoyé de droit au président américain, aux bons soins de son ambassade.

La vigneronne africaine en France, s’est rendue à New York, y a démarché des restaurateurs réputés démocrates. Son idée et sa cuvée y ont reçu un bon accueil.

Au Québec, les chroniqueurs, Maîtres Œnophiles Jean Claude Denogens et Yves Beauchemin, de la Gazette des Œnophiles De Vigne en Bouche, ont le 6 mai 2010, dégusté le Merlot 2005 Domaine Saint-Antoine Laudis, échantillon, rapporté par mes soins .

« Ce Merlot a été récolté à la main, dans des bacs, avec un tri sélectif des baies sur pieds. Une vinification lente, un pigeage manuel ont permis une extraction optimale des tanins fins ; l’équilibre a été obtenu sans passage en fûts. Un vin à carafer et le servir, entre 16 et 17 C. La note de dégustation 15/20. Un bon nez de tabac blond, avec une trace d’anis, en bouche des notes de vanille et d’épices, bon équilibre avec de la finesse.

À 42 ans, Angela Bousquet-Keïta, se présente comme « seule vigneronne d’origine africaine » en France. Propriétaire avec son mari vigneron du domaine viticole Saint-Antoine dans le Minervois à Rieux, dans l’Aude.

http://www.domaine-saint-antoine.com
Christian LagaucheFrance télévisionsira


 
Avis Important sur le Copyright
Copyright © «Ordre du Mérite Œnophile». Tous droits réservés.
Copyright © «De Vigne en Bouche la Gazette des Œnophiles». Tous droits réservés.
Cette chronique est la propriété intellectuelle exclusive de Mr Christian Lagauche qui collabore gracieusement au développement de notre site.
Toutes les marques de commerce appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Toute reproduction, même partielle, est strictement interdite conformément au Code de la Propriété Intellectuelle. Le matériel et l’information contenus dans le site ne peuvent être utilisés.
Au fin de précision, la modification, le téléchargement, la publication, la reproduction sur un autre site, la diffusion sur internet ou l’utilisation à des fins publiques ou commerciales du matériel et de l’information se trouvant dans ce site est strictement prohibée sans l’accord préalable de «l’Ordre du Mérite Œnophile» et de «De Vigne en Bouche la Gazette des Œnophiles» ou du titulaire de droits visé.
 
Copyright © 2011 devigneenbouche.org / Tous droits réservés